Les 2 questions incontournables que vous devez poser lorsque vous faites de l’EFT (tapping)

Les 2 questions incontournables que vous devez poser lorsque vous faites de l’EFT (tapping)

Dans cet article je vous présente les deux questions incontournables que vous devez utiliser lorsque vous faites de l’EFT pour vous-même ou pour une personne que vous accompagnez. Vous faites de l’EFT et ça ne fonctionne pas? Ou, tout simplement, vous débutez en EFT? Vous devez maîtriser ce que je vous présente dans cet article pour favoriser les meilleurs résultats.

Dans cet article, je présume que vous savez ce qu’est l’EFT. Si ce n’est pas le cas, je vous invite, au minimum, à lire mon article « Tout sur l’EFT (tapping) en 20 questions »

Faire ses phrases EFT soi-même

En EFT nous utilisons surtout des mots, des phrases pour se connecter à sa problématique et ensuite tapoter des points d’acupuncture sur le corps. Présentement, sur internet, la façon la plus populaire de faire de l’EFT consiste à utiliser des scripts, c’est-à-dire une série de phrases tout faites que vous répétez, tout en tapotant les points EFT. Ce n’est pas mauvais. Mais pour profiter de la très grande puissance de cet outil qu’est l’EFT vous devez absolument apprendre à faire vos propres phrases pour optimiser la connexion avec la problématique à libérer et ainsi maximiser l’efficacité de votre travail de libération. C’est ce que je vais vous apprendre dans cet article.

Trouver les aspects de la problématique

Un des concepts les plus importants en EFT est celui d’aspects. Trouver les aspects d’une problématique ou d’un événement c’est tout simplement découper la problématique ou l’événement en petits morceaux, en aspects, et effectuer une séquence EFT pour chacun d’eux. Mais comment fait-on pour découper une problématique en petits morceaux?

J’ai travaillé avec une cliente qui avait une peur incontrôlable lorsqu’elle se retrouvait passagère dans une voiture. Si elle est conductrice, aucun problème. Mais lorsqu’elle se retrouve passagère, c’est vraiment très très difficile pour elle (et pour son conjoint conducteur :-). Pour résoudre sa problématique nous avons travaillé essentiellement avec les deux questions que je vous présente dans cet article.

Question #1 – Qu’est ce qui te dérange?

La première question c’est tout simplement « Qu’est-ce qui te dérange? ». D’autres formulations similaires pourraient être :

  • Qu’est-ce qui te déclenche?
  • Qu’est-ce qui te perturbe?
  • Qu’est-ce qui te trouble?
  • Qu’est-ce qui te pèse sur le piton? (dirions-nous en bon québécois)

Il s’agit tout simplement d’identifier les déclencheurs, les causes qui provoquent ce que j’appelle les « pas-biens » chez la personne. Règle générale, les déclencheurs sont :

  1. Quelque chose que l’on voit (déclencheur visuel)
  2. Quelque chose que l’on entend (déclencheur auditif)
  3. Quelque chose qu’on nous fait ou qu’on ressent à l’intérieur de nous (déclencheur kinesthésique)

Il en existe bien d’autres, mais dans le cadre de cet article, je vous présente les trois principaux que l’on retrouve dans la très grande majorité des cas. Par exemple, dans le cas de notre passagère dans la voiture, à la question « Qu’est-ce qui te dérange? », elle pourrait répondre :

  • C’est la possibilité de se faire frapper.

Ici, elle anticipe ce qu’on pourrait lui faire (déclencheur kinesthésique) : se faire frapper, autrement dit, avoir une collision avec une autre voiture.

Question #2 – Qu’est-ce que cela te fait?

La deuxième question c’est « Qu’est-ce que cela te fait? ». Ici, nous recherchons essentiellement l’effet, ce que j’appelle la matière première de l’EFT que j’ai nommée SER, soit :

  • Une Sensation dans le corps (boule à l’estomac, serrement à la gorge, pression à la poitrine…)
  • Une Émotion (peur, colère, tristesse, dégoût …)
  • Un Ressenti (honte, culpabilité, impuissance …)

Par conséquent, des questions similaires pourraient ressembler à :

  • Qu’est-ce que cela te fait dans ton corps?
  • Comment tu te sens?

Revenons à notre dame passagère et posons lui la question : La possibilité de te faire frapper… Qu’est-ce que cela te fait? Comment tu te sens? Elle pourrait répondre :

  • Ça serre à l’estomac (Sensation dans le corps)
  • J’ai peur de mourir (Émotion de peur)
  • Je me sens impuissante (Ressenti)

Si vous désirez approfondir, j’explore plus en détail la matière première de l’EFT dans cet article : Les 4 éléments constituant la matière première de l’EFT

Transformer les réponses en phrase EFT

Une fois la réponse obtenue à ces deux questions, nous avons l’information pour bâtir notre phrase EFT suivant le modèle classique « Même si… » :

Pour le point du côté de la main, le point karaté, la phrase prendrait la forme :

  • Même si [SER + déclencheur], je m’aime et je m’accepte profondément et complètement.

Pour les autres points et la phrase de rappel, j’ai tendance à inverser :

  • Le déclencheur en premier suivi du SER.

Nous aurions alors :

  • Même si ça serre à l’estomac (Sensation-dans-le-corpsER) en pensant que je pourrais me faire frapper, je m’aime …
    • Rappel : « En pensant que je pourrais me faire frapper, ça serre à l’estomac. » En version courte je mettrais tout simplement « Ça serre à l’estomac. »
  • Même si j’ai peur de mourir (SEmotionR) en pensant que je pourrais me faire frapper (déclencheur), je m’aime …
    • Rappel : « En pensant que je pourrais me faire frapper, j’ai peur de mourir. » En version courte je mettrais tout simplement « J’ai peur de mourir »
  • Même si je me sens impuissante (SERessenti) en pensant que je pourrais me faire frapper, je m’aime…
    • Rappel : « En pensant que je pourrais me faire frapper, je me sens impuissante. En version courte je mettrais tout simplement « Je me sens impuissante »

Et voilà ! Vous avez les deux questions incontournables à utiliser lorsque vous faites de l’EFT! Est-ce suffisant? Et bien non. Pour la dame passagère, avec ces trois phrases EFT, je ne serais pas arrivé à enlever la peur qu’elle a. Alors, qu’est que je fais de mauvais?

Plus de précision = plus d’efficacité

Rien n’est mauvais dans la démarche présentée plus haut. En fait, il est parfois possible d’avoir des résultats intéressants avec ce genre de phrases générales. Mais, dans la plupart des cas, ce n’est pas suffisant. L’EFT requière de la précision au niveau des déclencheurs et de la précision au niveau des SERs pour maximiser son efficacité.

Pour la dame passagère, je l’ai alors questionné sur qu’est-ce qui la dérangeait plus précisément. Je l’ai remise en situation… Tu es assise dans la voiture, à la place du passager, en avant, qu’est-ce qui te dérange plus précisément et comment tu te sens. Voilà quelques réponses possibles:

  • Lorsque nous sommes sur la grande route et qu’une voiture veut entrer par la droite (déclencheur visuel), je me crispe (Sensation dans le corps)
  • Lorsque je vois une voiture en avant freiner et que je ne sens pas la nôtre ralentir (déclencheur visuel), j’ai peur de la collision (Émotion)
  • Lorsque mon mari accélère trop vivement (déclencheur visuel et kinesthésique), j’ai l’impression de sortir de mon corps (Sensation dans le corps)

Les phrases EFT correspondantes pourraient ressembler à :

  • « Même si je me crispe lorsque nous sommes sur la grande route et qu’une voiture veut entrer par la droite, je m’aime … »
    • Rappel : « une voiture arrive par la droite, je me crispe »
  • « Même si j’ai peur que l’on frappe la voiture en avant lorsque je la vois freiner et que je ne sens pas la nôtre ralentir, je m’aime… »
    • Rappel : « une voiture freine, j’ai peur qu’on la frappe »
  • « Même si j’ai l’impression de sortir de mon corps lorsque mon mari accélère trop vivement, je m’aime… »
    • Rappel : « mon mari accélère vivement, j’ai l’impression de sortir de mon corps »

Question bonus – Qu’est-ce qui se passe?

À la fin d’une séquence EFT, je recommande toujours de fermer les yeux, de prendre une grande respiration et de laisser monter ce qui monte. Si je suis seul, travaillant sur une de mes problématiques, j’observe ce qui se passe en moi. Il peut y avoir :

  • De nouvelles sensations agréables ou désagréables dans le corps
  • Des pensées qui émergent
  • Une image qui monte
  • Un événement du passé qui revient à la mémoire

Si j’accompagne quelqu’un, je laisse quelques secondes, parfois plus et je demande « Qu’est-ce qui se passe? ». Les réponses peuvent être utilisées pour effectuer de nouvelles séquences EFT avant de revenir à la problématique ou à l’événement pour continuer le questionnement « Qu’est-ce qui te dérange? » et « Qu’est-ce que cela te fait? ».

François, je fais ce que tu m’enseignes ici, mais ça ne fonctionne pas

Vous découpez votre problématique en petits morceaux, en aspects, avec précision, tout en bâtissant de bonnes phrases EFT qui favorisent la connexion; vous prenez soin de laisser monter ce qui monte à la suite de vos séquences EFT pour ensuite vous en occuper avec une autre séquence EFT et tout cela ne fonctionne pas? Vous restez pris avec votre problématique? Ne vous en faites pas. Même les praticiens EFT les plus aguerris se retrouvent parfois devant de petits défis qui ont la couenne dure (coriaces, offrent de la résistance). Voici trois possibilités expliquant les résultats qui ne sont pas au rendez-vous.

  • Un aspect important n’a pas été débusqué.
    • Dans le cas de ma cliente passagère, tout a été réglé après une seule séance. À la grande satisfaction de son mari, elle n’avait plus de perturbation émotionnelle en voiture. Par contre, lors de ses vacances, quelques semaines plus tard, elle a rencontré une condition que nous n’avions pas discutée en séance : monter une pente très inclinée et tout en haut, avoir l’impression de tomber dans le vide si on continue. Ce nouveau déclencheur l’a replongée dans sa problématique, moins intensément qu’avant notre première séance, mais tout de même, elle vivait de nouveau un grand inconfort comme passagère en voiture.  Ce fut donc le thème de la 2e séance avec cette cliente : tomber dans le vide.
  • Une racine, une cause profonde doit être identifiée et libérée.
    • J’ai vu beaucoup de succès concernant des peurs spécifiques disparues après seulement 45-60 minutes de travail avec l’EFT et en ne considérant que les aspects de la problématique telle que vécue dans le présent ou le passé récent. Mais parfois, ce n’est pas suffisant. Il faut trouver un ou plusieurs événements significatifs du passé et les nettoyer. Dans le cas de ma cliente passagère, après avoir travaillé les aspects de la problématique au présent lors de la première séance, la peur du vide à la 2e séance, ce ne fut pas toujours suffisant pour éliminer totalement son inconfort comme passagère. À la 3e séance, nous avons exploré les racines possibles et travaillé 2 accidents de voiture qu’elle a eus dans le passé. Nous avons dû ajouter une 4e séance pour nettoyer un événement de chute sur le trottoir. Bizarrement, cette chute sur le trottoir suivi immédiatement d’un court moment en voiture comme passagère semble avoir été le début de ses problématiques en voiture.  Pour la petite histoire, cette cliente est maintenant totalement libérée. J’ai confirmé 2 mois à la suite de la 4e séance d’accompagnement/coaching avec elle et son état de panique comme passagère en voiture a complètement disparu. Est-ce que ça va tenir? J’ai confiance.  À suivre…
  • Un gain secondaire tient la problématique en place.
    • Souvent inconsciemment, le cerveau peut avoir un intérêt à garder la peur, à garder la problématique en place. J’ai des clientes qui arrivent parfois et me disent :   « François, j’ai tout essayé et rien ne fonctionne ». Maintenant je ne me fais plus prendre.  J’ai toujours en tête la recherche du gain secondaire qui justifierait ce « rien ne fonctionne avec moi ».  Dans ce cas, il faut débusquer en quoi consiste ce gain et le nettoyer.

Certaines problématiques peuvent représenter de petits défis et sont plus difficiles à résoudre. Ne négligez pas la persévérance lorsque vous faites de l’EFT. Cette technique nous habitue souvent à des résultats wow rapidement. Si nous ne les avons pas, nous pouvons être tentés d’abandonner rapidement. Soyez persévérant, c’est payant.

Si vous n’avez toujours pas de succès en appliquant un peu de persévérance, je vous invite alors à trouver un praticien EFT compétent pour une petite séance de coaching. Il pourra vous proposer de nouvelles pistes à explorer et, si requis, vous accompagner.

2 questions incontournables

Que vous travaillez directement une problématique ou un événement spécifique, vous avez maintenant les deux questions incontournables à utiliser lorsque vous faites de l’EFT avec vous-même ou en accompagnant les autres:

  • Qu’est-ce qui te dérange?
  • Qu’est-ce que cela te fait?
  • Et en bonus, à la fin d’une séquence EFT: Qu’est-ce qui se passe?

Si vous comprenez bien la nécessité d’aller dans la précision, vous avez en main tout ce qu’il vous faut pour mettre en œuvre avec efficacité l’une des compétences de base en EFT : le découpage avec précision d’une problématique en petits morceaux, en aspects et la construction de phrases EFT efficaces.

Bon tapping!


Partagez! Vous pourriez aider quelqu'un à changer sa vie!

4 Commentaires

  • Claudine Publié : 11 octobre 2017 09:31

    Merci François pour ces précisions. Toujours de bonnes explications simples et précises!

    • François Picard
      François Picard Publié : 11 octobre 2017 09:53

      Merci Claudine. J’ai bien du plaisir à écrire ces articles.

  • Jeanne Publié : 19 octobre 2017 01:06

    Gratitude
    Merci
    Tu es vraiment un grand chef d’orches
    J’aime ta façon de nous enseigner le EFT
    Je comprends à travers les textes et je vois le bon déroulement de la séquence
    Depuis que je reçois ton enseignement et que je pratique
    Merci pour ton accompagnement
    J’ai réussi à règles des problématiques, des angoisses , des insécurités et je ne nourris plus ces peurs inconfortables
    Je me sens de plus en plus libérée
    J’aime beaucoup les pratiques en groupe
    Merci encore et c’est toujours un plaisir de te lire ce qui me permet une belle continuité
    À bientôt
    Jeanne ✨🌹

    • François Picard
      François Picard Publié : 3 novembre 2017 17:07

      Merci Jeanne. C’est bien gentil.

Ajouter un commentaire

Répondre à François Picard Annuler la réponse.

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués avec *

Simple Share Buttons